Types d’anomalies dentaires

malocclusion anomalies dentaires

Types d’anomalies dentaires

Qui dit malocclusion dentaire dit mauvaise imbrication des dents d’un maxillaire par rapport à l’autre lorsque la bouche est fermée. Plusieurs situations y sont liées, provoquant ainsi un mauvais engrènement de dents. Une malocclusion est en mesure d’engendrer des troubles d’articulation de la mâchoire voire une luxation. Nos deux cabinets orthodontiques en Suisse, dont un cabinet orthodontique à Neuchâtel et un autre cabinet orthodontique à Lausanne, détiennent une grande expertise dans le diagnostic et le traitement des différents types d’anomalies dentaires que nous vous détailleront ci-après.

1. Rétrognathie ou « dents de lapin »

Communément désigné par « dents de lapin », c’est la situation où la direction des dents est orientée vers l’avant mettant ainsi le menton en une position de retrait. En d’autres termes, on note une proéminence des incisives supérieures qui se trouvent poussées vers l’extérieur. Entre autres, une petite mâchoire inférieure peut en être la cause la plus probable. Et, comme nous l’avons décrit dans l’un de nos articles, la succion de pouce constitue l’une des causes également pouvant pousser les dents vers l’extérieur par changement de la forme du palais supérieur.

Toutefois, il n’y a aucune raison de se stresser. Certaines solutions thérapeutiques sont envisageables pour corriger cette rétrognathie. On cite la chirurgie du menton, les élastiques dentaires, l’expansion palatine, l’Invisalign, etc.

2. Espacement dentaire ou encombrements

Un espacement dentaire ou un chevauchement dentaire peuvent résulter respectivement d’un excès d’espace entre les dents et un manque de place pour ces dernières. Le chevauchement, quant à lui, empêche les dents permanentes de s’aligner correctement.

3. Ligne médiane décentrée

Certaines personnes peuvent présenter une ligne médiane mal placée. Ceci fait suite à une non correspondance entre la ligne médiane des dents avant supérieure avec la ligne des incisives inférieures. Pour conséquence, défaut d’alignement des incisives supérieures et inférieures créant un espace entre la mâchoire du haut qui est plus avancée que celle du bas. Souvent, une béance dentaire peut s’observer sur l’un ou les deux côtés de la bouche.

4. Supraclusion

Les incisives inférieures sont cachées par les incisives supérieures.

5. Infraclusion ou béance antérieure

A l’inverse de la supraclusion, les patients souffrant d’une infraclusion présentent un défaut d’engrènement entre les dents supérieures et inférieures. Celles du haut ne s’engrènent pas sur celles du bas d’où la création d’un espace entre les deux mâchoires. L’orthodontiste, dans ce cas, procédera à l’abaissement des dents du haut et la remonte des dents des incisives inférieures en vue de refermer l’espace dont on a parlé.

6. Prognathie de la mâchoire inférieure

Vous aurez sans doute vu une personne quelconque ayant une màchoire inférieure volumineuse et avancée quand il est en position profil. Eh bien, c’est ce que l’on désigne par Prognathie. Les dents inférieures sont plus en avant que les incisives supérieures.

7. Occlusion croisée

L’occlusion croisée résulte d’un défaut d’engrènement des dents supérieures et inférieures. En effet, on observe que les dents inférieures sont en dehors des dents supérieures. Ce qui est l’inverse de ce qui normal (dents supérieures en dehors des dents inférieures).

Les trois types de malocclusions

On se base sur une certaine typologie afin de classer la façon dont les dents supérieures et inférieures s’emboitent. Ce, afin d’apprécier l’ajustement des dents, est-ce qu’il est normal ou irrégulier. De même, on se base sur les mesures des os et de la mâchoire en vue de déterminer leur position dans le profil.

1. Anomalie de classe I

On observe un certain chevauchement de dents malgré la position correcte des molaires supérieures et inférieures. Soit il s’agit d’une rotation ou d’un surespace. Certaines occlusions dentaires inversées peuvent également accompagner cette anomalie.

2. Anomalie de classe II

Le menton est anormalement positionné en arrière suite à des molaires inférieures présentes en arrière par rapport à celle supérieures.

3. Anomalie de classe III

Souvent héréditaire, les molaires inférieures ne rentrent pas dans celles supérieures qui leur correspondent. Résultat ; une avancée de la mâchoire inférieure et des dents incisives inférieures. Ces dernières se trouvent en occlusion croisées avec les dents supérieures.

Malposition de classe I

Malposition dentaire classe I

Malposition de classe II

Malposition classe II

Malposition de classe III

Malposition classe III